06/04/2017

2RM, arrêtons de dire n'importe quoi!

topelement.jpg

Ce matin, j’apprends dans le journal Le Courrier que le DETA va mettre en place une mesure test sur la route de Chancy qui vise à fluidifier le trafic. En effet, entre le Rond-Point de la Route de Laconnex et celui d’Aire-La-Ville, la voie de gauche sera réservée au bus, taxi, véhicules d’urgence et … Deux-roues motorisés (2RM). 

Le DETA continue donc sa ligne qui vise depuis l’arrivée en fonction de Luc Barthassat, a favorisé les transports en commun, les vélos et les 2RM. Toute fois, cela reste une mesure test et j’avoue être bien incapable de faire un pronostique du succès ou non de celle-ci, car c’est une vraie première et je ne passe jamais là-bas aux heures de pointe.  

Par contre, comme dans tout article, Le Courrier donne la parole au Département et aux opposants (il aurait été intéressant de donner la parole aux usagers 2RM, mais visiblement le journal n’a pas jugé utile de les contacter). 

Parmi les opposants, nous avons une fois de plus Monsieur Mathias Buschbeck, député vert au Grand Conseil genevois. A la lecture de ses différentes propositions et prises de position, Monsieur Buschbeck ne cache pas son antipathie pour les voitures, les 2RM et tous les transports individuels motorisés. Il est clair qu’il aimerait voir l’ensemble des Genevois soit sur des vélos à se fabriquer de superbes mollets, soit sur des vélos électriques dont les batteries seront détruites par des Indiens sans protections sociales, soit entassés tel du bétail dans de superbes trams électriques. Mais soit. Cette position est celle de la majorité de ses camarades de parti et ce n’est de loin pas une surprise. A chacun son avis sur la question, nous sommes en démocratie. 

Par contre, ça fait plusieurs fois que j’entends Monsieur Buschbeck dire que les 2RM polluent « parfois » plus et font « parfois » plus de bruit que les voitures. Cette petite phrase, il la place à chaque fois qu’il parle des 2RM. La première fois que je l’ai entendu la dire (ce n’était certainement pas la première), c’était en plénière du Grand Conseil lors du débat sur le contre-projet à l’initiative 154. Il avait alors sorti cette petite phrase au moment du débat sur les places 2RM payantes. 

Il est important pourtant de voir ce que cache cette phrase. On essaye de faire croire que les 2RM polluent plus que les voitures. Est-ce vrai? 


Ca l’a été, c’est vrai. Du temps où la majorité des 2RM marchaient avec des moteurs deux temps, avec un mélange de carburant huile essence, un scooter deux temps pouvaient, en une journée, émettre plus de polluants qu’une voiture en un an. Mais depuis, les choses ont changé! Nous sommes au XXIe siècle et tous les 2RM modernes sont catalysés. L’écrasante majorité sont équipés de moteurs 4 temps. Il est donc purement malhonnête de prendre en prétexte de vieilles technologies en exemple pour discréditer un moyen de transport.  C’est exactement comme si l’on disait que les véhicules électriques polluent plus que l’essence, car, il fut un temps ou l’électricité était produite au charbon. 

Concernant le bruit, il est vrai qu’un 2RM fait d’ordre général, plus de bruit qu’une berline allemande non sportive (tous les mots sont importants pour la comparaison). Cela est dû à la conception même du véhicule qui a souvent un moteur qui prend des régimes plus élevés. Mais là encore, les normes en vigueur régulent cela. D’ailleurs les normes Euro4 entrées en vigueur cette année ont envoyé un grand nombre de 2RM aux livres d’histoire tant elles sont drastiques. Alors il est vrai que certains usages roulent des 2RM avec des systèmes d’échappement non réceptionnés. Devons-nous pour autant légiférer en en tenant compte? Je ne pense pas, le Canton est déjà très actif sur le sujet et fait parfois jusqu’à 3 contrôles par jour sur les routes. Un échappement non réceptionné, c’est 950 francs d’amende, émolument compris!

En claire, cette petite phrase ressortie encore et encore n’a que peu de fondement. On fait de la politique en regardant vers l’avenir et pas le passé. Dire que les 2RM modernes polluent plus que les voitures est un positionnement clairement vers le passé et une hypocrisie crasse. Comment un véhicule qui consomme moins d’essence, émet moins de particules fines et surtout, prend beaucoup moins de place sur la chaussée, pourrait polluer plus?  

La chose par contre qui est claire, c’est que le DETA, pour la première fois depuis 20 ans, agit en essayant, tant bien que mal, de mettre tous les usagers de la route autour de la table. Il tente aussi d’apaiser la guerre des transports. Si on en juge par le succès du contre-projet à l’IN 154, cette politique trouve une certaine majorité dans la population. Il convient de rappeler que le contre-projet aurait pu être adopté sous forme de loi sans passer devant le peuple. Que l’ensemble du Grand Conseil était d’accord avec à l’exception des Verts, Mathias Buschbeck en tête. Il n’est dès lors pas étonnant qu’après avoir pris un cuisant échec devant le peuple, Monsieur Buschbeck cherche à compromettre le contre-projet ainsi que la politique du magistrat qui l’a porté.  Ce, d’autant plus que nous sommes à 12 mois des élections cantonales!

Egalement disponible ici

15:28 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.