26/02/2015

Lancy: L'importance des fêtes de quartier

fete des voisins.jpg



Un aspect prépondérant de la vie communale est sans doute ses différentes manifestations. Elles permettent aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de se connaître ou tout simplement de s’amuser. Car l’amusement n’est pas un mot vulgaire, c’est une composante essentiel du bien-être. 

Les manifestations communales, quand elles sont organisées comme c’est la tradition dans beaucoup de communes genevoises, permettent aussi aux différentes associations de se financer et de pouvoir ainsi faire avancer les buts qu’elles défendent. Il est rare en effet qu’une association d’habitants arrive à avoir un budget de fonctionnement suffisant en se reposant uniquement sur les cotisations de ses membres et sur les dons. A Genève (et ailleurs en Suisse), il est d’usage que les associations locales soit en charge des buvettes et stands de nourriture. Cette activité peut être un revenu substantiel s’il est suffisamment régulier. 

 


Si nous prenons l’exemple de Carouge, c’est à l’occasion de la Vogue, du 1er Août, du marché de Noël, la fête des Ecoles, du marché artisanal et de l’exposition avicole notamment (la liste n’est pas exhaustive) que les associations ont l’occasion de participer. 

A Lancy, l’histoire est tout autre. Plus la commune a grandi, plus les manifestations ont rétréci. Il n’y a pas si longtemps nous avions les promotions scolaires, la fête Country, le festival des locaux, le 1er Aout et un marché de Noël digne de ce nom qui se tenait à la piscine du Grand-Lancy. 

La situation aujourd’hui est simple. Le 1er Aout et les promotion sont strictement les mêmes fêtes avec deux carrousels qui se courent après et une attente d’une heure pour manger. La fête Country et le festival des locaux ont purement et simplement été supprimés. Quant au marché de Noël, je ne sais si on peut donner le nom de marché à une manifestation minuscule qui se tient dans le sous-sol d’une école avec de superbes artisans mais seulement deux stands de nourriture. Rappelons que la communes est la troisième ville du canton avec 32’000 âmes. 

La majorité Gauche PDC se targue d’avoir fait beaucoup pour la «culture». C’est vrai, on ne peut lui reprocher grand chose pour ce qui est de la promotion d’une certaine forme d’art élitiste qui a son importance. Pourtant, dans le même temps, elle a laissé tombé les classes populaires qui sont peut-être plus intéressées par passer une bonne soirée entre amis autour d’un verre et d’une saucisse avec musique et bonne ambiance que d’aller admirer un cube blanc dans une salle blanche représentant la pureté de l’univers. 

Le sujet que je défends ici peut paraître futile en regard des enjeux fiscaux, d’aménagement et sécuritaires à venir. Pourtant, il est indispensable. Hier soir, sur la chaîne Léman Bleu, tous les candidats à l’administratif de Lancy ont parlé de cohésion et d’équilibre. Et bien cette cohésion et cet équilibre qui font la vie et l’esprit de notre commune passent aussi par ces manifestations populaires. 

Il faut arrêter de faire de petites choses qui au final n’apportent rien de plus que des chiffres dans un bilan de législature, il faut faire des choses concrètes. Il faut le faire pour l’image de la commune, pour faire vivre ses associations qui sont indispensables à son développement et surtout pour ses habitants qui ne devraient pas avoir besoin de se rendre dans les communes limitrophes pour se divertir.


Egalement disponible ici

signature.jpg


11:41 Publié dans Election Municipales 2015, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.