20/02/2015

Lancy, l'importance de l'aménagement en vu des reformes fiscales


BM0403-28A.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La commune de Lancy est une des communes qui a le plus construit au cours des quinze dernières années. De nombreux logements sont sortis de terre notamment dans le quartier de la Chapelle et du coté des Marbriers et d’autres sont encore en cours de construction ou en projet.

 

Aujourd’hui Lancy est une commune en bonne santé économique qui parvient même à avoir des excédents substantiels et réguliers à son bilan. Ce malgré le fait que 30% de sa population soit en dessous du seuil d’imposition. Cela s’explique par deux facteurs: le premier est la présence sur son sol de grandes entreprises qui apportent de bonnes recettes fiscales à la commune. Le second est dû au système fiscal qui taxe pour moitié les contribuables sur leur lieu de domicile et pour moitié sur leur lieu travail. Ce système permet à la commune de bénéficier des revenus fiscaux des gros contribuables qui travaillent dans les grandes entreprises citées plus haut mais ne vivent pas sur la commune.


Prochainement, nous allons sans doute assister à une reforme de la fiscalité qui changera cet état de fait. La réforme en question impliquera une taxation sur le lieu de domicile et non plus sur le lieu de travail. Ce qui veut dire que tous les contribuables travaillant à Lancy et domiciliés dans d’autres communes n’apporteront plus de revenus fiscaux. 

 

Dans l’état actuel des connaissances, il est impossible de savoir ce que cette reforme coûtera ou apportera aux communes. Encore moins à Lancy. Ce qui est certain en revanche, c’est que c’est un paramètre à prendre en compte dans la politique d’aménagement. 

 

Dans les années à venir, Lancy verra deux zones à fort potentiel industriel, commercial et artisanal se développer. La zone des Morgines et la zone Praille- Acacias-Vernets (PAV). Dans ces deux zones, un nombre conséquent d’emplois vont être créés. Dont une majorité à forte valeur ajoutée. Actuellement, vu la reforme fiscale prévue, Lancy ne devrait pas bénéficier des ces nouveaux emplois si elle ne loge pas les employés en question sur la commune. C’est là que l’aménagement devient un défi. 

 

Aujourd’hui, la politique cantonale en matière de logements veut, sous pression de la gauche et des milieux de défense des locataires, que la quasi totalité des zones densifiées le soit au profit de logements en HLM, HBM ou LUP. Il est certain que cette façon de faire répond à un besoin de la population au niveau du canton. Au niveau communal, il est clair que Lancy a également besoin de logements à caractère social. Il ne faut pourtant pas non plus oublier que pour bien fonctionner, une commune a également besoin de recettes fiscales pour financer ses prestations et ses infrastructures. 

 

Dès lors, le défi pour la prochaine législature sera clairement d’avoir un développement de l’aménagement bien pensé et adapté aux défis qui se présenteront durant les prochaines décennies. Il devra tenir compte des besoins de la population actuelle et à venir. Lancy n’est pas une commune qui pourra, à l’image de Cologny, Collonge ou Vandœuvres, construire des logements de luxe. Elle devra néanmoins construire une partie de logements à loyer libre et maintenir des zones villas de manière à pouvoir accueillir des contribuables à hauts revenus pour permettre à la commune de délivrer des prestations de qualité à la population. Ne nous méprenons pas: si près de 30% de la population de Lancy ne peut pas s’acquitter de l’impôt, c’est qu’il y a un besoin sur le plan des prestations sociales. Cette proportion pourrait aller en augmentant d’après les perspectives conjoncturelles plutôt moroses. C’est donc bel et bien dès maintenant que nous devons penser à demain. 

 

Une vision claire de l’aménagement à Lancy est nécessaire. En développant une politique intelligente en matière de construction, la commune se dotera des instruments qui lui permettront de financer ses prestations et ses infrastructures. Ce qui réduira évidemment la possibilité de plaider en faveur de hausses d’impôts (qui pèseraient évidemment sur la classe moyenne). Si nous désirons que Lancy reste une commune accueillante pour toutes et tous, et pas seulement pour certains types de revenus, nous devrons bâtir. Bâtir, oui, et en bonne intelligence! 

 

 

Egalement disponible ici

Aristos, Marcou, PLR, Lancy

10:45 Publié dans Election Municipales 2015 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.